H2/CLIMAT
HYDROGENE/CLIMAT
Edition du 18 février 2021
accueil echos9.ch COMPTA/SWOT PROJET/START-UP
ENJEUX CLIMATIQUES ET REPONSE AVEC UNE ECONOMIE DE L'HYDROGENE
Philippe Ruchet, auteur...>>
LOGIQUE DE CALCUL ECONOMIQUE ENTREPRENEURIAL
a
Ambitions entrepreneuriales
G
Gestion des marges et coûts
i
Investissements
L
Logistique
6
Système d'organisation
Calcul économique : (1) chiffrer, valoriser; (2) prendre des paris stratégiques.
Problématiques et défis écologiques
>
Mercredi 17 février 2021 : Le Monde évoque le scénario des voitures qui désertent les métropoles avec, en conséquence, une diminution d'occupation des parkings souterrains. Ce scénario se poursuit avec l'évocation d'une nouvelle vie pour ces espaces. Et de se référer au nouveau destin d'un tel aménagement à proximité du Centre Pompidou à Paris. Aux automobiles ont ainsi succédé des stockages logistiques comme par exemple les parasols d'une restaurant voisin en hors saison de terrasse.
>
Mardi 16 février 2021 : Les Echos traitent des futurs possibles à l'horizon 2040-2050. Nous relevons une température moyenne en hausse de 3° et le renouvelable qui supplante les fossiles dans la production d'électricité.
>
Samedi 13 février 2021 : Le Temps rapporte que, dans les Alpes françaises (dans le Lautaret), des parcelles de terre et de végétation ont été transportées de 2450 à 1950 mètres d'altitude, permettant aux chercheurs d'observer l'impact du réchauffement climatique qui menace à long (?) terme la flore de haute montagne avec de possibles répercussions pour la faune.
Mercredi 10 février 2021 : Le Monde consacre une double page au brouillard d'interférences dû aux fréquences attribuées à la 5G susceptibles d'interférer avec celles déjà utilisées par les capteurs météorologiques permettant les prévisions du temps et des alertes. A voir s'agissant de l'horizon du 1er janvier 2024 date de l'entrée en vigueur de la norme y relative dans l'Union européenne.
Mardi 2 février 2021 : Les Echos et Le Monde à l'unisson au sujet des "prévisions alarmistes de Météo France sur le réchauffement climatique". Et de poursuivre : "Les températures risquent d'augmenter très fortement d'ici à 2100 en cas d'émissions non contrôlées. Des impacts encore plus marqués dans le Sud et dans l'Est." Et d'ajouter : "Dans le scénario le plus pessimiste, la France traverserait une moyenne de 20 à 35 jours de canicule par an à la fin du siècle, contre 3 à 4 jours sur la période 1976-2005". Pour compléter ainsi : "Dans les Alpes, une transfiguration accélérée. Victime du dérèglement climatique, les glaciers reculent. des parois s'écroulent et la faune est déboussolée". Qui ose encore le nier ?
Jeudi 28 janvier 2021 : La Tribune de Genève revient sur l'intervention de John Kerry au WEF (World Economic Forum, avant Covid à Davos). "Le nouvel émissaire américain pour le climat appelle toutes les nations à voir plus grand lors de la prochaine COP26 à Glascgow". A raison.
Lundi 25 janvier 2021 : Les Echos titrent : "Les investissements dans la transition énegétique atteignent de nouveaux sommets". Et de poursuivre : "L'Europe a capté un part significative de ces investissements à la faveur de projets géants dans l'éolien mer au Royaume-Uni et aux Pays-Bas". Reste à tranformer l'essai.
Vendredi 22 janvier 2021 : Les Echos Week-end consacrent un dossier à "l'art subtil de la reforestation". Parmi tous les facteurs à considérer, relevons celui du choix des espèces. "Les résineux à croissance rapide séquestrent plus vite du carbone que les feuillus, mais ils peuvent apauvrir les sols en les acidifiant". Et de citer un chercheur qui constate : "Aujourd'hui, nous avons beaucoup de d'incertitudes sur les meilleurs scénarios de séquestration." Pas si simple.
Jeudi 14 janvier 2021 : Les Echos ouvrent leurs colonnes à une chronique sous le titre "Climat, une solution mondiale à un problème mondial". Et de poursuivre en mentionnant que la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans nombre de pays industrialisés s'explique (du moins en partie significative) par le transfert d'activités problématiques vers les économies émergentes. Et d'émettre une suggestion prometteuse : "Le moment est idéal pour proposer la création d'une banque mondiale qui coordonnerait l'assistance technique destinée à aider les pays en développement à diminuer leurs émissions de CO2".
Mardi 12 janvier 2021 : Les Echos informent sur les débats politiques en France s'agissant de l'ancrage dans l'arsenal pénal de l'écocide. Les enjeux portent, en particulier, sur les sanctions et la question, soit de l'intention, soit de la négligence, comme facteur déclencheur de l'action de la justice. Dans le sillage de cette problématique, se voit examinée l'option de devoir démontrer la volonté de nuire comme préalable au déclenchement d'une procédure. Affaire à suivre.
Mercredi 23 décembre 2020 : Le Temps monte tout là-bas tout là-haut à la Grande Dixence, barrage de tous les superlatifs. L'article nous apprend que Berne songe à un modèle de compenser des coûts afin de préserver l'équilibre économique des installations dans des périodes de contraction des prix de l'électricité, tenant compte de leur potentiel à long terme.
Jeudi 17 décembre 2020 : La Tribune de Genève procède à un point de situation s'agissant de la question des émissions polluantes du trafic aérien. L'aviation légère pourrait être mue par batterie et les moyens courriers par l'hydrogène, tandis que les longues distances feraient l'objet d'adaptations des chaînes actuelles de propulsion, notamment grâce aux carburants écocompatibles (aussi sustantiable aviation fuels).
Mercredi 16 décembre 2020 : Les Echos informent quant à un "feu vert au stockage du CO2 sous la Mer du Nord" et de poursuivre : "le gouvernement norvégien a approuvé le financement de Northern Lights" s'agissant de ce projet en activité dès 2024 avec la collaboration d'Equinor, Shell et Total.
Lundi 14 décembre 2020 : Le Monde rapporte, "cinq ans après l'accord de Paris, des progrès trop lents". Et de continuer néanmoins ainsi : "le traité a eu un impact notamment sur l'économie et la société". Le même jour, Les Echos consacrent une double page à la longue marche des entreprises vers la neutralité carbone. La veille (dimanche 13 décembre 2020), Le Matin dimanche renseignait sur une étude réalisée sous l'égide de Jean-Pierre Danthine, ancien Vice-président de la Banque nationale suisse. La neutralité carbone en 2025 serait possible, à condition que la Confédération revoie drastiquement ses objectifs en la matière, par exemple en investissant à l'étranger pour compenser nos émissions.
Vendredi 11 décembre 2020 : Les Echos titrent que "Bruxelles veut imposer des batteries électriques 'propres'" par le moyen de "critères environnementaux fixés à partir de juillet 2027 sur l'ensemble de la chaîne de vie des batteries".
Lundi 7 décembre 2020 : Les Echos informent que le coût des sécheresses inquiète. Leurs dégâts, ici sur les bâtiments, préoccupent les pouvoirs publics en France. La facture menace de déraper et met sous pression le système de prise en charge des dommages.
Lundi 7 décembre 2020 : Les Echos rapportent que les médias s'engagent pour être plus verts. Il s'agit en particulier de veiller sur le contenu des publicités. Cependant, la part importante de la publicité dans les diffusions de contenus risque de rendre la louable intention délicate à mettre en musique. Affaire à suivre.
Jeudi 3 décembre 2020 : Les Echos titrent : "Le recours accru aux énergies fossiles pèse sur les objectifs de l'Accord de Paris", relatant ainsi l'alerte d'un rapport des Nations Unies. Ainsi, au lieu d'une diminution annuelle de 6% desdits combustibles nécessaire à l'accomplissement d'un objectif de limitation à 1.5° de réchauffement climatique à la fin du siècle, nous nous trouvons au contraire dans une dynamique de leur croissance de 2%. Pour l'Allemagne, par exemple, sortir simultanément du charbon et du nucléaire procède d'une entreprise infiniment complexe, surtout dans une situation où la consommation d'électricité poursuit sa croissance. Il est fort à craindre que les émissions de CO2 continueront à augmenter à court terme.
Lundi 30 novembre 2020 : Les Echos renseignent sur un chantier scientifique relatif à la Méditerranée qui se présente comme "un condensé des défis qui menacent notre planète". Il y a lieu d'anticiper les précipitations extrêmes toujours plus nombreuses avec le réchauffement climatique; dans le Sud de la France, les masses d'air chaud de l'évaporation de la mer se fracassent sur des courants froids venus du nord avec comme effet lesdites trombes d'eau. La plancton de la Méditerranée absorbe les micro-polluants et contamine ainsi les organismes marins qui entrent dans notre chaîne alimentaire. Enfin, le bassin méditerranéen se trouve particulièrement exposé à la pollution atmosphérique due à l'ozone et aux particules fines.
Vendredi 27 novembre 2020 : Le Temps informe que "des étés et des automnes plus chauds entraîneraient un vieillissement foliaire un peu plus précoce dans les forêts tempérées d'Europe". Concrètement, "les réchauffement climatique fait tomber les feuilles plus tôt". En conséquence, ainsi se trouveraient limités "les espoirs placés" dans cette végétation "pour freiner le réchauffement global".
Dimanche 15 novembre 2020 : Le Monde titre "Poussée des villes-forêts jusqu'à l'absurde ?" Et de poursuivre : "Partout dans la monde, les grandes métropoles développent des projets de végétalisation, pour rafraîchir les cités et lutter contre le réchauffement climatique. Avec le risque, dénoncé par certains architectes, d'agir en dépit du bon sens". Et d'ajouter plus spécifiquement : "Planter des oliviers en pot ne résoudra pas les canicucles. C'est une arnaque" selon une architecte paysagiste citée dans l'article, laquelle précise encore : "Un arbre, pour qu'il donne son maximum d'effet, doit avoir au moins une trentaine d'années." Une autre intervenante questionne : "Comment arrosera-t-on ces grandes jardinières quand l'eau viendra à manquer ?" N'en demeurent pas moins les pouvoirs apaisants de la nature pour la santé.
Mardi 10 novembre 2020 : Le Monde consacre deux pages au thème des entreprises face à la biodiversité. "Alors qu'un million d'espèces pourraient disparaître lors des prochaines décennies, les entreprises et institutions financières savent que le sujet de la préservation de la nature est en train de devenir incontournable." En particulier, le dossier revient sur la question de l'artificialisation des sols. Concrètement, une solution consisterait à ne plus construire sur de nouvelles terres (donc prises à l'agriculture ou aux espaces naturels) sans compensation par renaturer des espaces correspondants. "Détruire la nature doit désormais avoir un coût." "En 2020, le Forum économique mondial a reconnu que les cinq principaux risques qui pèsent sur l'économie sont environnementaux."
Lundi 2 novembre 2020 : Le Temps consacre un papier d'opinion quant à l'opacité de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures qui compte actuellement 82 membres dont l'Allemagne et la France. Le propos relève que des règles strictes dovient être appliquées quant à la publication de risques environnementaux et sociaux, ceci suffisamment tôt afin que les garanties puissent être apportées quant à la conduite des projets s'agissant de ces critères essentiels de développement durable. Ce même jour, la Tribune de Genève mentionne que 93% des placements des institutions de prévoyance suisses ignorent le risque climatique. Un rapport de l'Office fédéral de l'environnement est attendu en vue d'établir comment les Accords de Paris sont mis en partique dans le cas d'espèces.
Mardi 27 octobre 2020 : Les Echos mentionnent une controverse entre l'ONG Oxfam et les banques françaises. La première estime que les financements actuels accordés par les secondes placent le monde sur une trajectoire de hausse des températures de 4° à terme. "Pour les intéressées, la méthodologie de l'organisation, fondée sur des données anciennes, biaise le débat."
Vendredi 23 octobre 2020 : Entreprise romande (organe de la Fédération des entreprises romandes) titre "mieux que le bio?". Le journal indique ainsi que l'agriculture de conservation (par opposition aux méthodes conventionnelle ou bio) permet de séquestrer du CO2 dans le sol car évitant les labours lors des semis (donc opérant au moyen de couvertures végétales dans le but de pallier à l'érosion des sols).
Mercredi 21 octobre 2020 : Le Monde rapporte, dans son supplément scientifique, que des agronomes recourent à des techniques avancées des simulations les plus pointues pour préparer les adaptations des fourrages aux changements climatiques, dont la raréfaction des pluies et la hausse des températures.
Dimanche 18 octobre 2020 : Le Monde ouvre ses colonnes au Professeur Jean Pisani-Ferry (enseignant l'économie à Sciences Po Paris entre autres) qui démontre qu'il est temps d'inventer l'écolo-productivisme, concept qui s'explique de lui même. Il relève encore : "Ce serait faire prendre un grand risque à la lutte pour le climat que de vouloir mettre la croissance à l'arrêt."
Samedi 17 octobre 2020 : Le Temps informe quant à la stratégie de Glencore pour la transition énergétique en précisant notamment : "Le groupe zougois entend produire plus de matériaux nécessaires aux énergies renouvelables, sans laisser tomber ses actifs dans les roches sédimentaires."
Vendredi 9 octobre 2020 : Les Echos titrent que "le protoxyde d'azote, l'autre gaz à effet de serre, menace le climat". Et de préciser encore que ces émissions à effet de serre générées par l'agriculture sont moins connues que le CO2; sa propagation à un ryhtme dangereux alerte les scientifiques tandis que seule l'Europe parvient à réduire ses rejets. Et d'ajouter encore : "Le protoxyde d'azote est le troisième gaz à efet de serre le plus abondant après le dioxyde de carbone et le méthane, mais son pouvoir de réchauffement est 300 fois supérieur à celui du CO2."
Mardi 6 octobre 2020 : Les Echos consacrent un article à la pénurie de nickel qui menace la transition énergétique par le biais des limitations que ladite pénurie entraînera probablement quant à la production des voitures électriques pour remplacer les motisations thermiques.
Lundi 5 octobre 2020 : Les Echos titrent en page opinions : "Quand le réchauffement climatique s'invite dans la géopolitique". Dominique Mïsi (conseiller spécial à l'Institut Montaigne) apporte son éclairage sur une thématique se résumant ainsi : "Il ne s'agit pas de sauver la planéte de l'homme, mais de la sauver pour l'homme."
Samedi 26 septembre 2020 : Le Monde traite du réseau électrique français sous forte tension probablement cet hiver qui s'approce. Parmi les défis liés au changement climatique, l'eau des fleuves devient trop chaude pour pouvoir assurer un refroidissement suffisant des réacteurs, d'où une obligation de limitation de la production. Ce même jour, Le Temps constate que le débat sur le pic pétrolier refait surface.
Lundi 21 septembre 2020 - changement climatique : Les Echos s'alarment de la fonte des pôles entraînant une augmentation du niveau des océans et mers. Une semaine auparant (14.9.20), le même journal s'inquiètde de la bombe à virus qui pourrait éclater avec le réchauffement du permafrost et, plus imminent, avec l'exploitation minère en Sibérie.
Jeudi 6 août 2020 : Le Temps consacre une pleine page à la scientifique américaine Eunice Foote découvrant les gaz à effet de serre et leur effet néfaste sur le climat. Son nom est tombé dans l'oubli, elle qui publia sa découverte en 1857 dans une revue scientifique américaine. L'article se poursuit ainsi : "L'histoire a retenu qu c'est un homme, l'Irlandais John Tyndall qui a découvert les gaz à effet de serre. Trois années après Eunice Foote (...) il démontre que la vapeur d'eau et le CO2 absorbent la chaleur lorsqu'ils sont exposé à un rayonnement infrarouge, et non pas au soleil, comme dans l'expérience de l'Américaine, (...) en mettant précisément le doigt sur ce qui se passe sur Terre avec l'effet de serre : la chaleur émise par la surface de notre planéte se retrouve piégée au niveau de l'atmosphère qui agit alors comme une couverture."
Transition énergétique (dont l'hydrogène)
Jeudi 11 février 2021 : La Tribune de Genève constate que le premier vol commercial avec un kérosène de synthèse est intervenu entre Madrid et Amsterdam. On fonde de grands espoirs sur ce carburant pour la transition énergétique. A suivre.
Mercredi 10 février 2021 : Les Echos rapportent le changement de nom du pétrolier Total en TotalEnergies, marquant ainsi sa réorientation stratégique vers un élargissement de ses marchés. L'avant-veille (mardi 8), le même journal informait la frénésie d'achats dans les énergies renouvelables de cette entreprise.
Mardi 9 février 2021 : Les Echos rapportent que "la ruée vers le secteur de l'hydrogène enflamme la Bourse", ceci sur les toutes les places de la planète.
Lundi 1er février 2021 : La Tribune de Genève s'entretient avec le patron de la start-up lausannoise E4tech, lequel "estime que l'hydrogène devrait assurer entre 10 et 30% des besoins en énergie dans le futur contre moins de 1% à l'heure actuelle". Et d'ajouter : "Il est temps pour notre pays de se doter d'une véritable stratégie sur l'hydrogène".
Jeudi 28 janvier 2021 : Le Monde titre "La bataille nucléaire-renouvelable est relancée". En fait, la question serait plutôt de savoir si la France pourra se passer du nucléaire dans un contexte de décarboner sa consumation énergétique par un recours accru à l'électricité. L'éolien et le solaire obéissent aux impondérables de la météorologie; parviendra-t-on à les juguler ? Affaire à suivre.
Jeudi 21 janvier 2021 : Les Echos reviennent sur la stratégie d'investissement dans l'hydrogène vert d'Air Liquide, le plus important fournisseur en France de ce gaz. Un processus de production qui permet de capter le CO2 permet déjà de relever ce défi de production en partie écologique. L'électricité d'origine nucléaire offre le même potentiel; est-ce pour autant satisfaisant sous l'angle du développement durable ? Pas vraiment.
Mardi 22 décembre 2020 : Les Echos consacrent une pleine page à la 3ème révolution annoncée de l'aviation, celle de la propulsion par hydrogène. L'évolution technologique est comparable à celle qui vit après la 2ème guerre mondiale le réacteur succèder à l'hélice pour les longs-courriers. Les obstacles à franchir sont colossaux, en partie vu les gigantesques investissements nécessaires.
Mercredi 2 décembre 2020 : Le Canard rapporte que "l'Américain Tesla s'attaque à l'Airbus de la batterie" avec l'installation d'une gigantesque usine à proximité de Berlin. Outre la concurrence pour les batteries de voiture, l'entreprise yankee se lance sur le créneau encore nouveau en Europe des batteries de stockage (dont pour les maisons des particuliers), ces dispositifs propres à restituer l'énergie excédentaire de source solaire (par exemple) accumulée pour restitution dans des périodes de météo adverse ou de nuit.
Dimanche 29 novembre 2020 : Le Matin Dimanche relate un risque de litige quant à l'exploitation de la géotermie dans la région de la Haute-Sorne (à une dizaine de kilomètrs de Delémont). Geo-Energie Suisse a investi plus de dix millions depuis près de 10 ans. Ce projet est le plus avancé de Suisse et doit servir d'exemple pour le développement de cette technologie. Les difficultés viennent de craintes de la population face au côté expérimental de cette entreprise. En arrivera-t-on devant les tribunaux ?
Vendredi 27 novembre 2020 : Le Temps informe que la fortune des caisses de pension est largement placée selon les normes écologiques et sociales reconnues, des assureurs autonomes aux caisses collectives.
Mardi 24 novembre 2020 : S'agissant de partenariats dans entre industriels et leurs clients, la Tribune de Genève informe qu'une alliance entre Siemens et Deutsche Bahn s'est conclue pour le développement de trains à hydrogène. Pour leur part, les Echos titrent que "les territoires et entreprises se préparent à capter la manne de l'hydrogène vert". Parmi les projets présentés, nous relevons celui de stocks tempons d'hydrogène dans des cavités salines en Meurthe-et-Moselle.
Mardi 10 novembre 2020 : La FINMA publie un rapport explicatif en préambule à une adaptation de sa réglementation quant aux risques financiers liés au climat. Sont concernées les banques (avec leurs investissements ou crédits) et les assurances (avec leurs polices). Il peut s'agir de risques physiques résultant de catastrophes naturelles ou économiques du fait de la transition énergétique. A suivre.
Mardi 10 novembre 2020 : Les Echos titrent que les Hauts-de-France se dotent d'un arsenal financier pour l'économie décarbonnée. Le dispositif s'appuie sur un fonds d'investissement (CAP3RI) et des prêts, le tout s'appuyant sur des partenariats, par exemple avec le Crédit Agricole Nord de France.
Dimanche 1er novembre 2020 : Le Monde consacre un papier à la question d'une bouffée d'oxygène pour l'économie. L'auteur, analyste énergies et climat à l'Institut français des relations internationales "met en garde contre un enthousiasme qui ferait déborder cette énergie de ses usages véritablement efficaces et rentables dans l'industrie, la sidérurgie ou les transports."
Dimanche 11 octobre 2020 : Le Matin Dimanche consacrent une pleine page à la transition énergétique de la marine (dont le fret) avec l'objectif de réduire drastriquement les émissions de CO2 à l'horizon 2050. L'hydrogène figure en bonne place des solutions envisagées, tout comme des système éoliens novateurs (ne serait-ce que comme système de propulusion ou traction auxiliaire).
Jeudi 8 octobre 2020 : Les Echos informent que l'Union européenne fera subir des 'stress tests climatiques' aux projets qu'elle finance. En d'autres termes, il s'agit de considérer le risque que pourrait faire peser une atteinte à une infrastructure du fait des déréglements climatiques (exemple : zones devenues inondables traversées par des voies de chemin de fer à co-financer par l'Union). On pourrait aboutir ainsi à des refus, au moins aussi longtemps que le projet concerné n'est pas adapté en conséquence.
Vendredi 2 octobre 2020 : Les Echos reviennent sur la question du pic pétrolier par le biais d'avis de stars de matières premières. Et de résumer ainsi une évolution inéluctable : "La transition énergétique n'est pas seulement une manoeuvre défensive, mais une opportunités pour de nouvelles activités."
Jeudi 1er octobre 2020 : Le Temps consacre un éditorial à l'hydrogène qui apparaît comme la solution d'avenir tant les domaines d'application sont variés. Pour l'automobile par exemple, la consommation des minerais pour produire des batteries montre la limite de cette piste. Mardi 29 septembre 2020 : Les Echos titre sur l'hydrogène vert, avec ses promesses, mais aussi ses défis (dont celui des coûts de production). Mardi 22 septembre 2020 : Les Echos rapportent qu'Airbus planche sur un avion à hydrogène pour l'horizon 2035.
Mercredi 9 sptembre 2020 : Les Echos titrent "Hydorène : la France détaille son plan à 7 milliards d'euros". Et de poursuivre : "Il s'agit non seulement de produire de l'hydrogène vert renatble, mais aussi de développer des usages économiquement viables, notamment dans la mobilité".
Dimanche 9 août 2020 : Le Matin Dimanche titre : "Voler au kérosène propre, c'est possible." On apprend que "plusieurs groupes de scientifiques savent fabriquer un carburant de synthèse à partir de la biomasse ou de l'eau et de carbone." Si la technique est maîtrisée, reste de défi économique. "Le kérpsène vert est aujourd'hui trois à six fois plus cher à produire que sa version fossile." Affaire à suivre.
Lundi 27 juillet 2020 : La Tribune de Genève revient sur les routes de l'hydrogène qui passeront par la Suisse, un projet qui profitera à notre pays probablement dès 2040. Il s'agit de relier producteurs et consommateurs grâce à un réseau couvrant 10 pays précise un rapport de consortium de gaziers européens. Le besoin de financement des installations couvre une fourchette entre 27 et 64 milliards d'euros.
Dimanche 26 juillet 2020 : Le Matin Dimanche consacre une pleine page à la filière de la mobilité à l'hydrogène avec Bertrand Piccard comme ambassadeur; enthousiaste, il se réjouit de rouler à l'hydrogène car faire le plein est un jeu d'enfant.
Mardi 14 juillet 2020 : Les Echos publient un bref article sur l'accord pour un réseau d'hydrogène transfrontalier entre la Moselle, la Sarre et le Luxembourg. Outre les transports, la nouvelle énergie alimentera le complexe sidérurgique de Saartahl.
Mardi 14 juillet 2020 : Le Temps consacre une analyse aux promesses et défis de l'hydrogène. S'agissant des questions économiques, des défis colossaux restent à surmonter. Affaire à suivre donc.
Mercredi 8 juillet 2020 : Le Temps titre sur la Suisse pionnière de l'hydrogène. L'article évoque la mise en place d'une première ossature de réseau de distribution afin de couvrir l'axe entre les lacs de Constance et Léman. Pour le surplus, notre pays offre des conditions très favorables pour la production d'un hydrogène obtenu à partir de sources renouvelables.
Dimanche 5 juillet 2020 : Le Matin dimanche consacre une pleine page à une PME romande à la pointe des piles à combustible. On apprend ainsi que EH Group Engineering lancera en 2021 des piles à combustibles légères et 20 fois moins chères qu'actuellement.
Lundi 29 juin 2020 : Le Temps titre sur l'étau qui asphyxie le Kurdisant irakien car l'effondrement des cours du pétrole entraînent l'effondrement de son économie.
Vendredi 26 juin 2020 : Les Echos posent la question de l'inexorable déclin du pétrole ou pas. "L'Agence internationale de l'énergie estime que la crise due au coronavirus ne changera pas grand chose à la consommation de pétrole qui était déjà en train de ralentir, et ne prévoit sa baisse qu'à l'horizon de 2040."
Lundi 29 juin 2020 : Le Temps (après Les Echos en date du 11 juin 2020) titre que l'Allemagne mise sur l'hydrogène en précisant qu'il s'agit d'une solution pour abandonner le charbon. S'agissant de la mobilité, on pense davantage ici aux camions qu'aux voitures.
Jeudi 11 juin 2020 : Les Echos consacrent une pleine page à la stratégie hydrogème de l'Allemagne, un pari à 9 milliards d'euros d'investissements et de subventions. Avec un objectif de neutralité carbonne pour 2050, l'hydrogène jouera sa partition. Entre autres secteurs, l'automobile allemande se mobilise. A une production en fonction correspond un plan d'équipements de distribution.
Jeudi 28 mai 2020 : Le Figaro constate que la pandémie du Covid19 a fait drastiquement chuter les investissements dans le domaine de l'énergie, tant pour le pétrole de schiste (mais cela est-il évitable à terme?) que pour les énergies renouvelables, sujet autrement plus préocccupant. Et de relayer un appel à l'action publique européenne de soutien aux technologies du futur dont l'hydrogène.
Mercredi 27 mai 2020 : Le Figaro consacre une page à Bertrand Piccard qui affirme, à raison, qu'écologie peut rimer avec rentabiltié; plus d'informations sur son site.
Dimanche 24 mai 2020 : Le Matin Dimanche consacre un long article sur le projet de Gaznat d'un immense réservoir de gaz dans le Haut Valais en précisant "à long terme, ces cavités permettront d'ouvrir une nouvelle voie, celle de l'hydrogène."
Le numéro du printemps 2020 du magazine Vive la Vie des Services industriels de Genève publie un article sur un dispositif de récupération de chaleur à l'intérieur d'un des tunnels du Léman Express.
Mercredi 6 mai 2020 : Le Figaro publie une interview de Patrick Pouyanné, PDG de Total. Entre autres sujets, vient la question de la neutralité carbonne. La réponse mentionne la nécessité d'investir dans les techniques de capture de CO2 dans l'hypothèse d'un prix (donc d'une ré-utilisation) de la tonne dudit gaz. Le PDG poursuit en traçant les grandes lignes d'une possible évolution de Total vers l'électricité (qui passerait à 40% des activités) et le biogas et l'hydrogène vert appelé à compter pour 20%, avec le même poids pour les autres gas. Il ne resterait alors que 20% pour le pétrole.
Dimanche 12 avril 2020 : le Matin Dimanche titre : "Le CO2 devient une ressource et la clé des start-ups de l'économie verte". L'article nous apprend que limiter lesdites émissions ne suffira pas. Il faut développer une technologie de captation notamment pour le réutiliser. La science progresse.
Lundi 9 mars 2020 : La Tribune de Genève consacre un article au recyclage des batteries au lithium pour voitures. Elles connaissent ainsi plusieurs vies.
Lundi 9 mars 2020 : Les Echos relatent que les premières stations à hydrogène public-privé sortent de terre en Bourgogne grâce à l'entreprise locale Rougeot.
Jeudi 23 janvier 2020 : La française RTE (Réseau de Transport d'Electricité) voit dans l'installation de dispositifs de stockage d'électricité (batteries, réservoirs d'hydrogène) la bonne solution pour ménager les réseaux de transports aux heures de forts appels entre zone productrices et consommatrices. Acheminer de l'électricité pendant les heures creuses nécessite effectivement de pouvoir la stocker en vue de son utilisation le moment venu; le tout repose sur une bonne allocation géographique des équipements.
Lundi 20 janvier 2020 : Les Echos publient le point de vue de Jean-Bernard Lévy (PDG d'EDF) qui pronostique que "l'hydrogène pourrait répondre à 20% de la demande énergétique mondiale en 2050".
Dimanche 19 janvier 2020 : Le Matin Dimanche présente le brevet déposé par un chercheur de l'EPFL (François Maréchal) qui permet de capter les émissions des CO2 des camions afin de recycler lesdits polluants. La commercialisation pourrait débuter dans 4 ans. Des perspectives particulièrement prometteuses s'ouvrent ainsi.
AGiL6.CH
REPERES POUR ENTREPRENDRE
-> La clientèle
-> Les finances
-> La forme juridique
-> Le personnel et les salaires
> Du mardi 17 novembre 2020 au jeudi 22 janvier 2021 - Mise à disposition sur le site arte.tv du documentaire "La face cachée des énergies vertes". Très intéressante réflexion, mais qui n'épuise, et de loin pas, le sujet. Un exemple : concernant la voiture électrique, un des intervenants conclut que le bilan carbonne desdits véhicules pourrait n'apporter aucune amélioration par rapport aux moteurs thermiques, donc dégrader l'environnement si l'on considère l'augmentation du parc et des automobilistes. La production des batteries consomme des terres rares en épuisant les ressources naturelles et l'électricité produite à l'aide de charbon constituent de colossales hypothèques sur l'avenir. Un autre intervenant (de chez Lexus, la marque haut de gamme de Toyota) indique toutefois que le recours massif aux batteries pourrait n'être que temporaire, ce qui semble plausible vu les perspectives de l'hydrogène en particulier. Jeudi 26 novembre 2020 : Les Echos consacrent un article à la conversion de l'usine Renault de Flins. La stratégie industrielle encore novatrice consiste à prendre le virage de l'économie circulaire. En particulier, un des pôles du site visera l'allongement de durée de vie des automobiles Renault, en particulier par le moyen de convertir les modèles thermiques vers d'autres formes de propulsion moins carbonnées. Affaire à suivrre.